Dieu a dit : "Tu te lèveras devant ceux qui ont des cheveux blancs, tu honoreras la personne du vieillard, c'est ainsi que tu respecteras ton Dieu. Je suis l'Éternel." (Lévitique 19:32) ------- "Je resterai le même jusqu'à votre vieillesse et je vous soutiendrai jusqu'à vos cheveux blancs. C'est moi qui vous ai soutenus, et je vous porterai, oui, je vous soutiendrai et vous délivrerai." (Esaïe 46:4) ------- "L'Éternel m'adressa encore la parole en ces termes : Que vois-tu, Jérémie ? Je répondis : Je vois une branche d'amandier. Tu as bien vu, me dit l'Éternel. Eh bien, je veille sur ma parole pour accomplir ce que j’ai dit." (Jérémie 1:11-12)
6/6/15 Réouverture du blog

Chers lecteurs et lectrices du site internet L'AMANDIER, 

Cela fait plusieurs mois que j'ai fermé le blog pour des raisons qui me sont apparues évidentes : J'étais le sujet de calomnies ! En effet, sur le blog, je témoignais de la fidélité de Dieu, d'expériences d'exaucements de prières, mais il semble que cela en ait dérangé certains. M'accusant d'utiliser la partie blog du site pour adresser des appels de dons indirects, j'avais alors décidé de ne plus témoigner des exaucements de Dieu à nos prières, et par conséquent, de fermer le blog. Or, il y a quelques semaines, deux mamies chrétiennes m'ont reparlé de ce blog et m'ont dit qu'il était de mon devoir de témoigner à la gloire de Dieu de ce que que Dieu faisait. Elles m'ont fait comprendre que je n'aurais jamais dû me laisser intimider par le calomniateur. Leur remarque a fait leur bout de chemin et j'ai eu la conviction personnelle qu'il venait de Dieu que je suive leur conseil, et que de toutes manières il sait très bien que mes seules motivations sont et ont toujours été de témoigner de sa fidélité et seulement à sa gloire.

Il se trouve d'ailleurs que, justement, j'avais sauvegardé, avant de fermer le blog, tout le contenu des témoignages conetnu dans le blog (sauf les commentaires, car c'était compliqué).

Je tiens aussi à préciser que depuis que j'ai fermé le blog, Dieu a continué de pourvoir avec fidélité, car oui, notre foi nous la plaçons en Dieu et non en les donateurs potentiels ni dans le site internet, bien que le Seigneur puisse utiliser ce dernier selon ses plans. Ainsi, après plusieurs mois,, et sur les conseils de ces deux soeurs en Christ et qui sont très âgées d'ailleurs mais véritablement des femmes de Dieu, je décide de réouvrir le blog et je continuerai donc de témoigner de la fidélité de Dieu, que cela plaise à certains ou non.

Je vais donc copier-coller ci-dessous, tout ce que j'avais sauvegardé. Cela peut paraitre un peu long, mais au moins le contenu sera réhabilité, et on ne sait jamais, cela peut toujours en intéresser quelques-uns de constater sur plusieurs mois la fidélité de Dieu. Mais sachez que, habituellement, un billet du blog n'est jamais aussi long que ce billet de réouverture. Vous pourrez donc lire, ou relire, tout ce que Dieu avait déjà commencé de faire, et je vous tiendrai au courant des nouveaux exaucements.

Sur le dernier billet du blog avant sa fermeture (dont le titre est "Calomnies !"), la date n'apparait pas (je ne sais pas pourquoi, mais c'était en janvier 2014), mais sur les précédents, vous verrez que les dates apparaissent.

Gloire à Dieu.

Voici donc le dernier billet du blog que j'avais publié avant fermeture :

 

 Calomnies !

Durant la soirée, une amie chrétienne via internet m'a informé qu'un certain personnage soi-disant chrétien avait mis en ligne un article sur son blog afin de me calomnier. En effet, il dit que je fais des appels de dons indirects sur le site internet alors qu'en fait sur le site il n'y a aucun moyen de paiement en ligne, aucun relevé d'identité bancaire ni rien dans ce genre. Alors s'il interprète ma démarche de témoignage pour des appels de dons indirects, c'est son affaire. Il est vrai que sur le site internet de l'association j'ai mis quelques témoignages d'exaucements précis. Personne n'était au courant de ce que nous vivions mon épouse et moi sur le plan financier, et c'est seulement après avoir été secouru par le Seigneur dans ce domaine précis que j'ai partagé sur le site ces exaucements.

Il n'y a donc aucun appel de dons sur le site internet. Il est évident, de toutes manières, qu'il y aura toujours des gens mal intentionnés et avec l'esprit tordus qui trouveront toujours à redire et à critiquer.

George MÜLLER ne faisait pas d'appels de dons, et pourtant il organisait des soirées d'informations concernant son activité auprès des orphelins. Il a aussi écrit tout au long de sa vie plusieurs tomes de son journal personnel où il indiquait de quelle manière le Seigneur envoyait toujours le secours au bon moment. Maintenant, on aurait aussi pu l'accuser de faire des appels de dons indirects puisque effectivement, le Seigneur utilisait les réunions d'informations ainsi que le journal de George MÜLLER pour mettre à cœur aux chrétiens de donner, mais c'est le Seigneur qui mettait à cœur, et non George MÜLLER qui adressait des demandes de dons.

Bref, j'ai choisi de ne pas réagir à l'article de ce monsieur qui m'accuse faussement. Ce n'est pas mon association mais celle du Seigneur. Le Seigneur saura donc quoi faire.

L'association s'appelle L'AMANDIER, et cet arbre est surnommé par les hébreux « L'arbre qui veille », et en réalité cela sous-entend que Dieu veille. Alors je suis convaincu que Dieu veille sur son association, sur les personnes au bénéfice de cette association (c'est-à-dire les personnes âgées), mais aussi sur ceux qui y oeuvrent, et en l'occurrence, moi y compris.

Le Seigneur demande de bénir nos ennemis. Alors que le Seigneur bénisse cet homme qui m'accuse à tort.



William CONDUCTIER

 

23/1/14

 Travailler pour Dieu sans salaire fixe, est-ce possible ?

Oui, c'est possible. Certes, cette idée me paraissait folle au départ (ainsi qu'à bien des personnes de mon entourage), bien que je sache que le Seigneur est capable de pourvoir aux besoins de ceux qui se confient en lui tandis qu'ils oeuvrent pour lui, et notamment avec les exemples de George MÜLLER et Hudson TAYLOR, mais quand même ... Lire cela dans des livres, c'est bien, mais de là à le vivre personnellement, il y a un fossé à enjamber, et par la foi uniquement ...

Ceci dit, depuis le mois de mai je n'ai plus aucuns revenus, mais il nous restait quelques économies. Cependant, celles-ci ont fondu au fur et à mesure, et ainsi, en octobre, plus aucunes économies. Et si Dieu ne pourvoit pas ? Cette question, je me la suis posée maintes et maintes fois. J'ai tremblé pendant une semaine durant le mois d'octobre, luttant dans la prière. Mais voici, toujours rien. Et si je m'étais trompé ? Moi qui ai dit à un grand nombre de personnes que Dieu était capable de pourvoir à mes besoins, qu'en sera-t-il vraiment ?

Aussi, après une semaine, et ce, sans dire quoi que ce soit à quiconque, mais uniquement en priant, les secours financiers nous sont parvenus. Soit par des courriers anonymes dans la boite aux lettres, soit par des chèques (envoyés aussi par courrier) soit par d'autres moyens divers que le Seigneur maîtrise parfaitement.

C'est ainsi que le mois d'octobre s'est bien terminé, sans que nous soyons en débit à la banque. Bon, ok, c'est bien, mais à présent il y a le mois de novembre qui arrive, me dis-je, puis décembre ...

Eh bien Dieu a pourvu aussi ! Et largement !

Ainsi, en novembre, tandis qu'il ne nous restait que 30 € sur le compte, nous avons eu à coeur, mon épouse et moi, de les donner au Seigneur le dimanche matin. 2 jours plus tard nous recevions 1363 € dans notre boîte aux lettres !!!

Pour récapituler, en octobre, c'est 375 € de dons reçus par la foi. En novembre, c'est en tout 1407 € et en décembre 240 € ! Certes, les montants sont disparates, mais l'essentiel, pour moi, n'est pas de recevoir un salaire tous les mois, mais simplement que Dieu pourvoit à nos besoins. Certes, il y a le salaire de mon épouse, mais il n'est pas suffisant pour couvrir nos dépenses. D'autant que mon épouse compte me rejoindre à plein temps dans mon activité dès qu'elle en aura eu le feu vert du Seigneur. Me concernant, je ne travaille pas pour un salaire, mais attends du Seigneur qu'il pourvoit à nos besoins, et il le fait.

Quoiqu'il en soit, l'année 2013 s'est terminée, ok, mais maintenant on est en janvier, me dis-je en début de mois. C'est à dire que beaucoup de personnes ont dépensé beaucoup d'argent en fin d'année 2013, mais en janvier, si les magasins ont choisi cette période pour faire les soldes, ce n'est pas pour rien : Les français dépensent moins car ils ont beaucoup dépensé en décembre (sans oublier qu'il y a eu les impôts et taxes entre octobre et décembre).

Oui, mais voilà, je ne dois pas regarder à ces considérations, car Dieu se rit de toutes ces choses. Cela ne l'empêche nullement de pourvoir aux besoins de ceux qui se confient en lui. Aussi, le jeudi 16 janvier, j'ai noté dans mon cahier de prière (afin de garder des traces) la chose suivante : "Seigneur, il ne nous reste que 80 € environ sur le compte. Merci de nous envoyer ce dont nous avons besoin pour les prochaines dépenses". Et déjà, le lendemain, ce montant tombait à 60 €.

Personne d'autre que le Seigneur n'était au courant de cette situation. Il n'y a eu aucune communication ni allusion à qui que ce soit sur l'état de notre compte. Le samedi 18 janvier, soit 2 jours après ma prière, nous avons reçu un courrier contenant un chèque de 250 € à notre intention ! Mais ce n'est pas tout. Le soir-même nous avons reçu encore 2 dons. Un de 100 € et un de 70 € et encore récemment, un de 200 € !

Pour résumer cela, pour le mois de janvier nous avons reçu, en comptant sur le Seigneur, 697 € (puisque nous avions aussi reçu un premier don en début de mois d'un montant de 70 € et quelques autres euros).

Alors oui, sans hésiter je peux confirmer que peuvent travailler pour le Seigneur ceux qui travaillent pour lui sans salaire et qui ont été appelés à vivre ainsi.

Allez dire aujourd'hui à quelqu'un, que vous travaillez pour Dieu, sans fiche de paie, sans salaire fixe, sans rien demander à personne sinon à LUI, et qu'il pourvoit, mois après mois. N'est-ce pas folie ? Et pourtant, c'est bien ce que nous vivons. Alors certes, on ne peut pas parler de « salaire », car il est vrai que les montants peuvent paraître dérisoires quelquefois, mais je ne travaille pas pour un salaire, mais seulement en comptant sur Dieu afin qu'il pourvoit, mois après mois, à nos dépenses, et je dois dire que tout ce que nous avons reçu est largement suffisant.


Il est donc vrai que si nous vivons pour le Seigneur, si nous travaillons pour lui, que nous ne dépensons pas inutilement, que nous sommes avisés dans nos dépenses, que nous sommes prêts à nous contenter de ce que Dieu voudra bien nous donner, alors Dieu pourvoit. J'ai apporté ces quelques précisions afin que le lecteur sache qu'il y a certaines conditions pour être exaucé. Je veux dire par là que peut-être, certains lecteurs se disent « Mais pour moi cela ne marche pas ». Il faut alors se poser quelques questions. Êtes-vous certains de bien gérer votre argent ? Êtes-vous capables de donner, vous aussi, pour l'oeuvre de Dieu ?

Êtes-vous capables d'accepter de ne pas partir en vacances ? De ne pas faire de crédits à la consommation ? Eh oui, je dis ces choses afin que personne ne croit que la vie par la foi est facile et ne demande pas des sacrifices et de l'audace. Souvent, lorsque nous lisons quelques biographies, nous ne retenons que les points positifs et oublions que cela coûte quand même de se lancer dans telle aventure. Lorsque nous avons quelques dépenses en prévision, nous prions. Lorsque nous avons besoin de nourriture ou vêtement ou quelque autre besoin matériel, nous prions. Alors qu'il serait tellement facile de faire un crédit. Si nous n'avons pas les moyens de partir en vacances, eh bien nous le disons au Seigneur, tout en étant prêts à ne pas partir en vacances, comme par exemple pour nos 10 ans de mariage où nous n'avions pas les moyens de partir. Nous étions donc prêts à ne pas partir si Dieu ne pourvoyait pas. Mais dans sa grâce, le Seigneur nous a permis de partir en week-end pour nos 10 ans de mariage, et il est intervenu le jour même de notre départ !!!

Alors oui, vivre par la foi c'est palpitant, mais cela demande de l'audace et des sacrifices, mais surtout, oui, surtout, la grâce de Dieu, car honnêtement, cette foi que j'ai, et que mon épouse partage aussi, nous l'avons par grâce. Nous avons peut-être un petit brin de folie, mais c'est le Seigneur qui nous affermit à avoir une telle foi, et pourquoi ? Comment ? Tout simplement parce que mois après mois il nous démontre concrètement qu'il est digne de confiance.

Il me faut tout de même préciser que je n'ai pas la même foi pour d'autres domaines de ma vie, mais je prie afin que je mette ma foi en lui pour les autres aspects de ma vie.

Aussi, je vis cette foi dans le domaine matériel et financier comme une pure grâce. 

Tout le monde n'est pas appelé à vivre à plein temps de la sorte, mais chaque chrétien a des difficultés auxquelles il doit faire face et ce, dans divers domaines de sa vie. Nous pouvons alors compter sur celui qui entend et exauce les prières.

La réflexion qui m'est venue à l'esprit dernièrement est la suivante : « Dieu te montre qu'il écoute et exauce tes prières dans le domaine financier. Il ne peut en être autrement pour les autres sujets pour lesquels tu pries. Toutefois, tu ne vois pas de réponses pour l'instant, mais le fait qu'il t'exauce quotidiennement pour les finances et les besoins matériels démontre qu'il t'écoute. Aussi, pour le reste, pour les prières non exaucées pour l'instant, tu dois lui faire confiance et croire que s'il ne t'a pas encore exaucé, c'est que ce n'est pas encore le temps. Il faut te calquer sur le calendrier de Dieu ». 


Il y a beaucoup de domaines dans ma vie pour lesquels j'ai adressé des prières et toujours pas de réponses. Alors à présent, bien que je ne comprenne pas, je persévère en m'efforçant de lui faire confiance.



Le but de ce témoignage est avant tout, et surtout, de démontrer de manière concrète que marcher avec Dieu n'est pas du tout une question de "croyances" ou de "religion", mais bien plutôt que Dieu existe véritablement et qu'il entend les prières. Il ne les exauce pas toutes, car Dieu n'est pas un distributeur automatique de bénédictions, mais il est tel que Jésus a voulu nous le révéler : Le Père aimant, riche en bonté, en miséricorde, mais surtout, le Tout-Puissant.

Alors non, nous ne sommes pas des "supers chrétiens", mais des chrétiens tout simplement. Nous avons nos faiblesses, nos caractères, mais le plus important, c'est que mon épouse et moi aimons Dieu et voulons le servir de tout notre coeur dans cette oeuvre auprès des personnes âgées.

Je termine avec ce verset qui vient de me venir à l'esprit : 

"Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au delà de toute mesure, un poids éternel de gloire, parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles ; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles." (2 Cor 4:17-18)

Gloire à son nom et que Dieu bénisse chaque lecteur et chaque lectrice de ce billet du blog d'actualité de l'association L'AMANDIER.



William CONDUCTIER
 

31/8/13

 Dieu, le Maître des circonstances.

Extrait de mon journal personnel :

Samedi 31 août 2013 (18h00)

C'est avec un réel enthousiasme que j'écris ce soir. Le Seigneur ne cessera jamais de me surprendre. En effet, quelle journée ! Le samedi étant le seul jour de la semaine où mon épouse et moi pouvons dormir un petit peu plus qu'en semaine, histoire de récupérer, mon temps mis à part pour Dieu a été décalé. Ainsi, j'ai pu prendre le temps, n'ayant aucune obligation, de méditer plus longuement les textes de ma lecture suivie. Actuellement, j'en suis au livre de l'Exode, les chapitres 35 et 36. Après quoi, je lis aussi en lecture suivie, des chapitres de l'épître aux Hébreux et je prévois de lire aussi l'épître aux Romains, car ces deux épîtres sont vraiment importantes pour illuminer les passages difficiles des livres du Pentateuque. Bref, après ces lectures, j'ai pu prendre mon temps de prière. Autant dire que depuis le matin, je n'en menais pas large, et pour cause : Dans quelle aventure ne me suis-je pas lancé ? Vivre en comptant uniquement sur Dieu, aussi bien pour les besoins de l'association que pour mes propres besoins (étant donné que le salaire de mon épouse ne suffit pas). Tout me dit que c'est une folie, TOUT ! Déjà moi-même je me le dis ! N'est-ce-pas une folie ? Et si je me plantais ?

Et puis je reçois régulièrement des remarques de la part de non-croyants, mais aussi de la part de chrétiens. Et le monde qui m'entoure, la société, tout ce que je vois autour de moi me dit que c'est impossible que de nos jours Dieu puisse renouveler ce qu'il a déjà fait dans le passé avec Hudson TAYLOR ou George MÜLLER et tant d'autres.

N'ai-je pas aussi déjà entendu dire de la part de chrétiens : « C'était dans le passé tout ça ! Les temps et les circonstances étaient autres ». Et puis il m'arrive moi-même de me dire ces choses, et ce, malgré les nombreuses expériences que j'ai pu faire avec Dieu. Heureusement que je note tout dans ce journal, car dans les moments de doutes je peux m'y référer, mais malgré tout, à vue humaine, l'aventure dans laquelle je me suis lancé est pure folie. C'est donc avec toutes ces choses à l'esprit que j'ai prié aujourd'hui. J'ai longuement plaidé devant mon Dieu, lui demandant conseil, direction, mais surtout, confirmation d'un tel appel.

J'ai rappelé au Seigneur que s'il m'exauce, ce ne sera que sur la base de sa grâce. D'ailleurs, ma lecture du jour dit ceci : «Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons. Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses ; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.» (Hébreux 4:14-16)

Et j'avais aussi à l'esprit ce merveilleux texte sur lequel j'ai pu méditer longuement dans son contexte : « L'Éternel dit à Moïse : Je ferai ce que tu me demandes, car tu as trouvé grâce à mes yeux, et je te connais par ton nom.» (Exode 33:17)

Oui, il s'agit bien d'une grâce ! Que dis-je, non pas d'une grâce, mais de plusieurs grâces ! La grâce de Dieu englobe de nombreuses autres grâces répandues quotidiennement sur ceux qui l'invoquent avec sincérité, authenticité, sans « se la jouer », car « Dieu résiste aux orgueilleux mais il fait grâce aux humbles » (Jacques 4:6 ainsi que 1 Pierre 5:5)

Il faut le savoir : Nous ne sommes que rarement humble par nature. Aussi, Dieu, par amour pour nous, permet souvent que nous connaissions des difficultés afin de nous rendre humble. En tout cas, j'ai moi-même expérimenté cela très souvent, et j'en suis reconnaissant au Seigneur. David lui-même disait la chose suivante : « Je sais, ô Éternel ! que tes jugements sont justes ; C'est par fidélité que tu m'as humilié.» (Psaume 119:75). Quand Dieu nous « humilie », ce n'est pas comme le font certaines personnes méchantes, mais quand Dieu nous humilie, en fait il nous rend humble (c'est le vrai sens du verset).

C'est donc en m'appuyant EXCLUSIVEMENT sur la grâce de Dieu, possible grâce à Jésus-Christ le grand souverain sacrificateur, que je me suis approché de Dieu aujourd'hui (comme les autres jours d'ailleurs, mais aujourd'hui avec une plus grande conscience de sa grâce). Je lui ai demandé de m'affermir dans ce que je pense être une vocation, un appel pour oeuvrer auprès des personnes âgées, lui rappelant que je voulais vraiment confirmation (eh oui, encore une) s'il m'appelle vraiment à vivre de la sorte, en comptant uniquement sur lui (ce que plusieurs appellent « vivre par la foi »). Bref, lorsque je me suis mis à genoux devant mon Dieu, j'étais inquiet et angoissé, les pensées qui partaient dans tous les sens, ma foi se battant avec mes doutes, ne voulant pas être un déséquilibré mystique mais un ouvrier du Seigneur qui lui fait confiance. Le temps passé dans la présence de Dieu, à intercéder, remercier, louer Dieu, ont grandement apaisé mon âme et lorsque je me suis relevé mon cœur était vraiment en paix. Aussi, il m'est venu à l'esprit la demande d'une mamie qui souhaitait que je lui ramène des mirabelles. Je décide alors d'aller en acheter pour les lui amener. Aussi, au lieu d'aller à l'hypermarché où j'ai l'habitude d'aller, j'opte pour le petit supermarché à proximité de mon domicile. Mon épouse, avant de partir, me remet des ampoules qui ne fonctionnent plus, pensant que je pourrais me les faire rembourser vu que sur l'emballage, tout était fait, sur le plan marketing, pour laisser penser que les dites ampoules étaient garanties 2 ans. Ces petits détails ont leur importance et en réalité j'ai râlé auprès de mon épouse lui expliquant que je n'avais pas le temps, aujourd'hui, de m'occuper du remboursement des ampoules. Arrivé au supermarché, j'expose le problème des ampoules à une caissière. Cette dernière appelle un responsable qui, une fois arrivé, m'informe qu'en réalité les ampoules ne sont pas garanties et que les informations qui apparaissent sur l'emballage ne sont qu'informatives. J'ai donc compris que cela ne servait à rien d'insister. C'est alors que je sors dehors histoire de « m’oxygéner » …

Voici qu'un couple parlant anglais aborde un homme à côté de l'entrée du supermarché. L'homme en question, ne comprenant pas l'anglais, semble embarrassé. C'est alors que j'engage la discussion avec mon « anglais » à moi ! J'arrive à me faire comprendre et leur demande ce qu'ils souhaitent. En réalité ils cherchent un taxi. J'utilise alors mon téléphone portable avec lequel je peux accéder à internet pour trouver un numéro de téléphone d'une société de taxi. C'est ainsi que je compose un numéro de téléphone d'un taxi colmarien, mais sans résultat. Pas grave, je compose un deuxième numéro, et toujours pas d'interlocuteur au bout du fil. C'est alors que ce vacancier (que je prends pour un américain) me demande si j'ai une voiture et qu'il serait prêt à me donner quelque chose. Je dois dire que l'idée de leur proposer de les conduire m'avait effleuré, mais entre faire le taxi pour encaisser quelque argent supposé et aller livrer les mirabelles à ma mamie, j'avais fait le choix, dans mon cœur, de rester fixé sur « l'oeuvre du Seigneur » ; mais là, devant la demande de ce Monsieur, j'ai eu le vif sentiment que le Seigneur était à l'origine de cet épisode, et puis cette proposition n'était pas à mon initiative. Lorsqu'il me parle de donner quelque chose, j'acquiesce en lui faisant comprendre que s'il veut donner quelque chose, ce sera ce qu'il veut. Après tout, je ne suis pas taxi et ne me voyait pas imposer un montant pour ce service. Je leur ai fait comprendre que je le faisais pour leur rendre service avant tout. J'informe alors mon épouse que je pars pour Vieux-Brisach, en Allemagne (c'est à une demi-heure de Colmar) lui expliquant la situation.

Ces vacanciers sont alors heureux que je les conduise à destination et ils se dirigent vers l'autre sortie du supermarché. C'est là que je découvre qu'il y a encore deux autres personnes. Nous faisons donc connaissance et je leur demande s'ils sont américains. En fait, il s'agit d'un couple australien et d'un couple canadien (anglophone). Même si je n'arrive pas à parler un anglais littéraire, je peux cependant comprendre l'essentiel de ce qu'ils me disent, et de mon côté, j'arrive à « baragouiner » un anglais « à ma façon ». Ils me comprennent, et c'est l'essentiel. Je leur explique que je suis chrétien et met un CD en anglais de Michael W.Smith (qu'ils ne connaissent pas mais semblent néanmoins apprécier en écoutant). Je profite bien évidemment de cette occasion pour leur témoigner de ma foi et leur expliquer que j'étais autrefois un délinquant mais ajoutant un « Jésus changed my life » … et « God is really real » ! Et bien d'autres choses avec mon niveau d'anglais (qui aurait besoin d'être travaillé d'ailleurs). Ils m'encouragent disant, avec un français marqué de leur accent : « c'est magnifique ».

Une demi-heure plus tard, je les dépose au port de plaisance (Port fluvial) qui se trouve à Breisach et ils sont vraiment reconnaissant et, en même temps que je leur lance « God Bless you » (Dieu vous bénisse) ils me remettent 70 € !!! Je leur ai aussi laissé une carte de visite vu qu'ils m'avaient demandé ce que je faisais dans la vie.

Sur le chemin du retour, mon cœur était rempli de joie et de reconnaissance, repassant en mon cœur ce qui venait de se passer cet après-midi. J'ai réalisé que, pour que ces événements aient lieu, il avait d'abord fallu que j'ai à cœur d'aller acheter des mirabelles pour une mamie. Puis, au lieu d'aller à l'hypermarché où je vais habituellement, j'ai décidé d'aller au supermarché (plus cher que l'hypermarché) près de chez nous. Et si je n'avais pas eu les ampoules à ramener, eh bien je serais directement rentrer dans le supermarché et je n'aurais donc pas rencontré ces personnes. Et puis il y a aussi les deux sociétés de taxi qui n'ont pas répondu au téléphone ! Cela m'a fait sourire et m'a démontré, une fois de plus, que Dieu est capable de sortir de « son chapeau » des solutions auxquelles je n'aurais jamais pensé ! Ainsi, en cette fin de journée je suis vraiment encouragé de ce nouveau « clin d'oeil » de la part du Seigneur !

Gloire exclusive à son saint nom ! Chaque lecteur pourra se rendre compte que ma foi n'a rien à voir dans cet épisode. Merci donc de ne retenir que la bonté de Dieu dans cet épisode.

William CONDUCTIER
 

13/6/13

 Le Seigneur nous a envoyé 50 Bibles à gros caractères !

Il y a quelques jours de cela, la pensée m'est venue qu'il serait peut-être utile d'offrir gratuitement des Bibles à des personnes âgées qui aimeraient en avoir une. L'intérêt d'une telle démarche est justifiée par le fait que la Bible est vraiment un livre extraordinaire. On y trouve l'histoire des hommes, mais ce livre est aussi une puissante source d'espérance, de consolation et elle contient tout ce qui est nécessaire à notre vie spirituelle. Sommes-nous découragés ? Nous y trouverons de puissants encouragements. Sommes-nous dépressifs ? Nous pouvons alors lire et méditer les psaumes, les lamentations de Jérémie, le livre de Job. Je l'ai moi-même expérimenté : cela m'a aidé à refaire surface en maintes situations. Inquiets de l'avenir ? Lisez le livre de l'Apocalypse (qui ne parle pas que de jugement, mais aussi de ce qui nous attend là-haut). Bref, la liste des bienfaits que procure ce livre serait bien trop longue à établir. Je m'arrête là.

Aussi, après avoir prié, j'ai entamé des recherches pour trouver des Bibles à gros caractères afin de faciliter la lecture de ce livre aux seniors qui, pour beaucoup, ont une faible vue mais apprécieraient grandement de pouvoir lire la Bible. Or, il s'avère que les prix des Bibles à gros caractères est relativement élevé étant donné qu'il y a peu de demandes, et que le coût de fabrication est plus élevé. S'il est facile de trouver des Bibles avec des caractères normaux à des prix qui débutent à 1,50 € et atteignent près de 100 € pour des Bibles d'études, en ce qui concerne les Bibles à gros caractères, il faut compter au minimum 20 € ! Or, j'avais le projet d'en acheter une centaine.

J'ai donc écrit à plusieurs éditeurs afin de trouver une Bible à gros caractères qui ne soit pas trop chère. Etant une association, nous pourrions bénéficier de remises exceptionnelles ? C'est en effet, ce qui m'a été proposé : 10 à 15 %, et il y a même une éditrice qui m'a proposé de me les vendre à prix coûtant ! J'ai répondu que je ne souhaitais pas accepter une telle offre car tout travail mérite salaire. Je recherche, certes, des Bibles à bon prix, mais pas au point de vouloir supprimer toutes marges au vendeur, car cela va contre mes principes.

Toutefois, même avec de telles remises, la Bible la moins onéreuse reviendrait à 13,50 €, et avec les frais de port, il aurait fallu compter quasiment 15 €. Multiplié par 100 cela donne un budget de 1500 € pour une centaine de Bibles. J'ai donc répondu que j'allais prier et demander à Dieu la solution, ce qu'il en pense, etc. J'ai bien précisé aux éditeurs que je ne passais aucune commande.

Quelques jours passent, durant lesquels, d'ailleurs, sur le plan personnel j'ai eu à faire face à bien des luttes intérieures, des doutes, etc. Etant en contact avec de nombreux chrétiens qui prient pour l'association ainsi que pour moi, ces derniers jours je leur ai souvent demandé de prier pour moi car je vivais des angoisses, des luttes, des combats intérieurs, etc.

Finalement, hier matin, tandis que j'étais seul devant un supermarché où j'allais effectuer quelques courses, le cœur abattu, j'ai dit au Seigneur : « Seigneur, j'aimerais qu'aujourd'hui tu m'accordes un très puissant encouragement de ta part. » En effet, contrairement à ce que certains pourraient penser, je ne suis pas un super héros de la foi. Je suis un simple homme qui croit en Dieu de tout son cœur, mais dont la foi peut chanceler quelquefois, ou du moins, le fait d'avoir la foi ne me préserve pas des doutes et de diverses difficultés.

Vers 13h00, je reçois un coup de téléphone. Il s'agissait d'un livreur. Il m'explique que le matin même il était passé chez moi pour une livraison de 4 cartons ! Il me demande si j'ai un diable (un schmiblik à roulette pour transporter des objets lourds) car les cartons sont lourds. Je lui réponds : « Mais je n'ai rien commandé ». Il insiste en disant qu'il doit me livrer et qu'il pourra être chez moi dans une vingtaine de minutes. Avec mon épouse nous réfléchissons, et puis je me dis : « Tu ne vois pas que le Seigneur nous a envoyé des Bibles ? ». Je partage cette pensée avec mon épouse qui me regarde à la fois avec espoir mais en restant sur ses gardes, ne voulant pas, comme moi je suppose, se réjouir trop vite. Elle me fait part d'autres possibilités, par exemple un voisin qui aurait fait livrer ces colis chez nous car absent de chez lui. Mon épouse me dit que l'un de nos voisins a un diable. Je me rends chez ce voisin, qui est chez présent ce jour-là, et il me prête volontiers son diable. Au fond de moi, je ne vois que cela : les Bibles. 20 minutes plus tard, la livraison arrive. Je charge 3 gros cartons (sur le diable, humour, non ?) ainsi qu'un plus petit. Sur le bon de livraison, je lis le nom d'un éditeur et j'ai donc confirmation : c'est bien des Bibles ! Je suis pressé d'arriver à la maison mais avec tout de même une joie mêlée de crainte. Et si finalement cet éditeur avait mal compris l'un de mes e-mails ? Ou pire : et si finalement c'était une « vente forcée » ! J'ai honte d'avoir eu telle pensée à l'encontre d'un éditeur chrétien, car normalement, en tant que chrétien, on n'agit pas de la sorte, mais vu qu'il m'est arrivé de vivre des déceptions avec certains chrétiens (notamment avec moi en premier!), il aurait donc été possible que j'aie affaire à une forme de « vente un peu forcée ». Bref, j'ouvre un des cartons, et là je vois de belles Bibles et j'en ai les larmes aux yeux, mais … ma joie a vite pris fin lorsque j'ai vu la facture : 764,60 €

Ma première réaction a été de dire à voix haute, devant mon épouse : « Mince, pourtant je n'ai rien commandé ». Et là, c'est la stupeur ! Comment vais-je faire ? Certes, nous avons l'argent pour payer, mais ce qui me dérange, c'est que je n'ai rien commandé. J'avais prié, mais n'avais pas reçu le feu vert de Dieu pour commander des Bibles pour un tel montant. Bref, après maintes réflexions, et en lisant attentivement la facture, je constate que nous bénéficions tout de même d'une remise de 40 % et je suis touché tout de même par ce geste, mais bon, quand même. Que penser ? Peut-être que le Seigneur a prévu de nous envoyer la somme dans les prochains jours ? Auquel cas il s'agirait d'une simple épreuve de foi ? Néanmoins, ce qui me dérange, c'est la tournure des événement. Je n'avais rien commandé. Et comment expliquer cela à la trésorière ??? Et que vont penser les autres membres fondateurs ? Et les donateurs, ceux qui ont envoyé de l'argent pour l'association. Ne penseront-ils pas qu'il s'agit là d'une dépense exagérée ?

J'ai alors écrit un mail à l'éditrice en question. Je lui ai dit que j'appréciais la grosse remise commerciale, et que finalement nous allions payer, mais qu'à l'avenir, je souhaiterais qu'elle attende que je passe une commande ferme et claire.

L'après-midi je devais aller prêcher à la résidence Saint-Gilles (foyer pour personnes âgées). Autant dire que je ne me sentais pas vraiment au mieux de ma forme spirituelle. D'autant plus que je devais apporter un message sur l'histoire où Jésus marche sur l'eau. Pierre lui-même, voyant cela, va demander au Seigneur que si c'est bien lui (car au début les disciples pensaient avoir affaire à un fantôme) qu'il lui ordonne de marcher lui-même sur l'eau. Jésus lui dit : viens. Et Pierre va marcher sur l'eau. Mais, voyant que le vent était fort, il eut peur et cria au Seigneur : Seigneur, sauve-moi. Et aussitôt le Seigneur le secourut et lui posa la question suivante : « Pourquoi as-tu douté, homme de peu de foi ? » Voilà donc l'histoire sur laquelle j'ai préparé un court message.

J'ai tout de même dit au Seigneur : « Moi qui pensais que c'était le puissant encouragement que je t'ai demandé ce matin. Je ne comprends pas ».

Toutefois, avant de partir de chez moi, j'ai quand même à cœur de téléphoner à l'éditrice. Mais à ce moment là, je n'avais pas remarqué que sur la facture il y avait les coordonnées de deux éditeurs. Je téléphone donc à l'un des deux. J'explique que je viens de recevoir des Bibles alors que je n'ai rien commandé. La personne semble étonnée et me dit qu'elle va essayer de tirer cette affaire au clair. C'est alors que je comprends que mon interlocutrice n'est pas l'éditrice avec laquelle j'ai eu des échanges par e-mail. Ce n'est qu'à cet instant, en y regardant de plus près, je vois qu'il y a les noms de deux éditeurs différents sur la facture. Je lui demande les coordonnées téléphonique de l'autre éditeur et je m'empresse donc de l'appeler.

« Allo, je suis William CONDUCTIER de l'association L'AMANDIER»

« Oui »

« Ben je viens de recevoir les Bibles et j'ai vu la facture, mais je n'avais rien commandé »

J'entends mon interlocutrice rire au téléphone et ajouter :

«  Mais pourquoi ils vous ont envoyé la facture ? Je leur avais dit de ne pas vous l'envoyer »

« Ah bon ? Cela veut dire que c'est cadeau ? »

« Oui. Envoyez-moi la facture »

Je me suis alors confondu en excuse disant que j'étais désolé du mail que je lui ai envoyé (bien que je sois resté poli et courtois) et qu'il y avait eu méprise.

Une fois de plus elle a ri. Je l'ai vivement remerciée et elle a répondu qu'elle n'était qu'une servante du Seigneur !

Alors là, je me suis dit qu'il faut absolument que j'aille en informer Marjorie, mon épouse. D'autant qu'elle est partie au travail en étant déçue de cette mauvaise surprise. Lorsque j'arrive à son lieu de travail, je lui dis en la regardant droit dans les yeux : « Tu es bien assise ? » Elle me regarde alors avec ses grands yeux : « Une mauvaise nouvelle ? » Je la rassure aussitôt : « Non, une bonne. Les Bibles, ben c'est cadeau du Seigneur », et là son regard s'est illuminé d'un large sourire et les yeux brillants. Elle n'en revenait pas. Elle m'a dit : « Tu vois, tu l'as eu ton puissant encouragement »

C'est donc le cœur léger que je me suis rendu à la résidence où j'ai pu raconter à Jeannette et Malou, ces deux sœurs aînées dans la foi qui sont vaillantes pour le Seigneur, cette merveilleuse aventure de la journée. Elles n'en revenaient pas non plus. J'ai donc pu apporter le message que je devais prêcher, mais avec la grâce de Dieu et la joie du Seigneur. A la fin du message, j'ai pu témoigner courtement de cette aventure du jour et ai donc proposé aux personnes âgées qui le souhaitaient, de réfléchir. Si elle veulent une Bible, c'est alors avec une grande joie, et de la part du Seigneur, que ce merveilleux Livre leur sera remis gratuitement, mais j'ai tout de même précisé que nous avions à cœur de l'offrir aux personnes qui ont vraiment envie de la lire, et que sur une étagère, elle ne servirait pas à grand chose. Il m'a paru bon d'apporter cette précision, car ce sont tout de même des Bibles de qualités et qui nous ont été offertes par la généreuse éditrice, de la part du Seigneur qui le lui a mis à cœur. Je prie donc pour que le Seigneur me dirige et m'inspire à les remettre à des seniors qui manifesteront une réel intérêt pour lire la Bible. Ainsi, les personnes de cette résidence qui veulent une Bible ont consigne d'en faire part à Jeannette et/ou Malou, ou alors de me le dire lors de la prochaine rencontre, ou encore, lors des mes visites quotidiennes dans cette résidence. Je pense aussi proposer quelques exemplaires aux autres personnes âgées que je visite en dehors de cette résidence, tout en respectant leur choix, car comme je l'ai déjà précisé dans un autre article, même si l'association est chrétienne, nous ne faisons pas de prosélytisme.

Je suis donc infiniment reconnaissant au Seigneur, ainsi qu'à cette éditrice, mais aussi, à tous les frères et sœurs dans la foi qui prient pour l'association, pour les personnes âgées, pour les membres fondateurs, et pour moi. Que toute la gloire revienne à Dieu seul, au nom de Jésus-Christ son Fils. Amen !

William CONDUCTIER

 

3/6/13

 Mon quotidien auprès des personnes âgées.

Certains qui ont déjà lu quelques billets du journal (blog) peuvent se demander, au final, en quoi consiste mes journées. Jusqu'ici j'ai pris un réel plaisir à témoigner de la providence divine qui pourvoit non seulement aux besoins financiers de l'association ainsi qu'à mes propres besoins temporels. Je vais donc apporter à présent quelques éléments de réponse concernant mon activité journalière. 

J'éprouve beaucoup de joie à voir la joie et la reconnaissance chez les seniors. Parmi les services rendus, j'ai beaucoup de transport (pour lesquels je ne demande jamais rien), mais aussi des courses diverses, de l'administratif aussi (quelquefois) et tant d'autres services variés.

Les visites où je prends le temps d'écouter nos aînés s'exprimer sont pour moi d'une grande richesse. Les échanges sont toujours édifiants. A cela se rajoute les aides matérielles lorsque je constate un besoin. Que ce soit un vêtement à renouveler, un bien matériel à remplacer (par exemple l'achat d'un nouveau four micro-onde pour une personne qui en avait besoin) et tant d'autres choses dont il est impossible de faire une liste, si au nom de l'association nous pouvons répondre à ce besoin, alors nous le faisons sans hésitation. Je m'interdis, en revanche, toute intervention qui a trait au médical, et ce, pour des raisons évidentes.

Par exemple, cet après-midi, j'ai accompagné une personne chez son dentiste. Une fois la personne déposée, je me suis rendu chez un Monsieur de 88 ans qui avait besoin que je l'aide à régler un problème avec une société qui lui avait demandé ses coordonnées bancaires par téléphone !!! Le problème est réglé et la société en question a eu droit à quelques remontrances maîtrisées de ma part (j'ai horreur de ces pratiques commerciales agressives), puis je suis retourné chercher celle qui était chez son dentiste et l'ai raccompagné chez elle. Après quoi, j'ai rendu visite à une chrétienne âgée qui est en convalescence dans une clinique.

Les journées ne se ressemblent pas, mais une chose est certaine : je n'ai pas le temps de m'ennuyer !

C'est avec le coeur rempli de reconnaissance que je travaille pour le Seigneur auprès des seniors et je bénis le Seigneur de m'avoir appelé à cela. Je me sens épanoui dans ce que je fais et il me semble répondre à des besoins réels.

Je suis aussi infiniment reconnaissant à tous les compagnons d'œuvre qui travaillent avec moi  par un moyen très efficace : la prière. Tout le monde n'a pas forcément le temps de s'engager à plein temps comme je le fais, mais prier, cela est à la portée de tous les chrétiens. Et comme je le dis toujours : "prier, c'est travailler". Merci aussi au Seigneur pour les membres fondateurs qu'il a appelé à créer cette association et qui, lorsqu'ils le peuvent, m'accompagnent. D'autres n'ont pas la possibilité car leur emploi du temps ne le leur permet pas, mais ils font partie des intercesseurs à genoux !

Que toute la gloire soit à Dieu ! 

William CONDUCTIER

 

3/6/13

 Dieu pourvoit à son oeuvre

S'il est une chose édifiante, c'est effectivement de lire les histoires de la Bible ainsi que certaines biographies d'hommes et de femmes de foi. Cela nous fait du bien et nous encourage. Mais quelle merveilleuse expérience lorsque nous expérimentons personnellement que le Dieu qui affirme être vivant et dont nous lisons les histoires dans la Bible où parmi les personnages de foi qui ont jalonné l'histoire de l'Eglise, n'a pas changé !

C'est ce que j'expérimente depuis plusieurs mois, mais encore plus particulièrement ces derniers jours. En l'espace de trois jours Dieu s'est montré généreux d'une manière tout à fait encourageante.

Tout d'abord, samedi 1er juin, je reçois un courrier de la part d'un donateur qui vit à Montauban. Dans sa lettre il me dit qu'après avoir prié, le Seigneur lui a mis à cœur de m'envoyer un don pour le service que j'effectue pour le Seigneur. Un chèque de 50 € accompagnait sa lettre. Quel encouragement pour moi ! N'y-a-t-il pas ici la preuve que lorsque nous servons le Seigneur il n'est pas utile de s'inquiéter ? Inutile aussi de demander de l'argent, Dieu pourvoit ! Je vis d'ailleurs ces expériences comme une entière grâce ! Il est donc inutile de croire que c'est parce que j'ai une grande foi ou parce que je suis un homme très consacré ! Loin de là ! J'ai bien des progrès à faire dans divers domaines de ma vie.

Hier, je reçois un autre don de 15 € de la part d'une chrétienne qui avait besoin que je lui rende un service. Et ce matin, j'ai trouvé dans ma boîte aux lettres une enveloppe anonyme contenant 50 € avec un signet sur lequel était imprimé un verset biblique : "Seigneur, tu nous donnes la paix, c'est toi qui accomplis pour nous tout ce que nous faisons" (Esaïe 26:12) et au verso, quelques mots que voici, écrits à la main : "Une petite contribution pour les besoins du serviteur au service de Dieu. Que Dieu vous bénisse".

Cet après-midi, je reçois un autre don pour l'association, un chèque de 100 € remis en main propre. Toujours, sans que je n'ai adressé aucune demande, directe ou indirecte. La seule chose que je fais, c'est que chaque jour je prie. Je demande à Dieu de m'inspirer dans tout ce que je fais, de bénir les personnes âgées que je serais amené à côtoyer, et surtout, qu'il continue d'alimenter le compte de l'association et qu'il pourvoit à mes besoins. Tout simplement.

C'est donc le cœur rempli de reconnaissance que j'écris ces quelques mots, espérant qu'ils édifieront plusieurs chrétiens, et qu'ils encourageront ceux qui ne connaissent pas Dieu à le prier. Je précise que, dans mon cas précis, je témoigne surtout de "la pourvoyance" divine, mais Dieu ne se limite pas à répondre à nos besoins d'argent. Ce serait une erreur, et très réducteur, de croire que Dieu ne peut s'occuper que d'argent. Si, dans mon cas précis j'en parle, c'est parce que l'association fonctionne, sur le plan financier, uniquement en comptant sur Dieu pour tous les besoins, et les finances en font partie.

A présent, je vais écrire un autre billet où je vais développer d'autres aspects de ce que je vis avec Dieu auprès des personnes âgées, notamment en ce qui concerne les activités.

William CONDUCTIER

 

10/5/13

 Un témoignage qui interpelle

Il y a quelques temps, une chrétienne m'écrit en privé pour me demander comment faire pour effectuer un don. Il est vrai que sur le site internet vous ne trouverez pas de relevé d'identité bancaire ni la possibilité d'effectuer des paiements en ligne puisque pour tous nos projets et nos besoins financiers, nous en parlons exclusivement à Dieu lorsque nous prions, et il répond !

J'ai donc indiqué à cette soeur en Christ comment faire un don. Néanmoins, j'étais intrigué puisque je sais que cette croyante n'a vraiment pas de grands moyens financiers. Et puis j'aime bien aussi savoir qu'est-ce qui pousse les donateurs à faire un don pour l'association, car cela m'édifie que de savoir comment le Seigneur met à coeur aux uns et aux autres de donner pour son oeuvre. C'est d'ailleurs cela qui est palpitant lorsqu'on choisit de fonctionner en ne comptant que sur le Seigneur : c'est qu'on n'a pas besoin, soi-même, d'insister ou de faire d'appels massifs d'argent.

Ainsi, je vous livre ici la réponse de cette chrétienne (qui m'a donné l'autorisation de publier sa réponse). Voici donc ce qu'elle m'a répondu : 

"Je priais pour vous et bénissais votre association quand j'ai ressenti au fond de mon coeur l'envie, le besoin de donner. Je ne savais pas quel montant j'allais donner et en allant  à ma banque il restait sur mon compte 100 euros. Alors j'ai pris 50 EUROS tout simplement par ce que je sais dans mon coeur par la foi que Dieu va multiplier! et j'avais la paix en les prenant ! j'ai fait enregistrer les coordonnées avec ton RIB par le banquier qui m'a dit ensuite que je pouvais maintenant le faire dès mon petit ordi pour m'éviter des frais supplémentaires ... la main de Dieu était là.  ET C'est ce que j'ai fait et quand je priais j'ai vu que tu étais dans le besoin. Aie confiance Dieu va agir!

Cherche la face de Dieu durant un bon moment. Il t'appellera à jeûner pour l'association car il peut y avoir de l'opposition, mais quand cela vient de Dieu cela va se multiplier. Tu verras dans quelques années vous servirez de référents, d'exemples pour que l'expérience puisse s'étendre ailleurs. Si tu continues à marcher dans l'obéissance et la droiture tu vas voir sa gloire j'en suis sûre! soyez béni Marjorie et toi." Virginie

Je ne vous cache pas que mon épouse et moi nous sommes sentis gênés. Pourquoi ? Tout simplement parce que nous avons réalisé que cette femme avait donné de son nécessaire. J'en ai parlé par courriel avec une amie Pasteur qui nous a dit qu'il ne nous fallait pas mépriser "la pite de la veuve" (référence à "l'épisode de la veuve" qui a donné de son nécessaire, que l'ont peut lire dans la Bible) car le Seigneur sait très bien ce qu'il fait.

D'ailleurs, cette chrétienne avait écrit récemment ce petit témoignage (au mois d'avril 2013) :

"On vient d'assister à un véritable miracle hier soir, avec petit Josué ! Nous commencions un peu à nous attrister d'être limités dans nos repas et le frigo était bien vide depuis plus d'un mois ! 
Et je lui dis c'est dur mais faisons confiance à Dieu, il pourvoira et nous laissera pas comme cela puisque je travaille et je ne perçois pas mon salaire !!
Nos estomacs faisaient des noeuds et chaque matin Josué partait le ventre vide à l'école. Heureusement le midi il y avait la cantine de l'école et le soir moi qui préparais des pâtes pour le caler ! 

Quand tout à coup quelqu'un sonne à la porte ! On se demandait qui pouvait bien venir ce soir, peu habitués aux visites surprises ! Et qu'est ce qu'on voit derrière la porte ? Une soeur en Christ qui arrive avec deux sacs pleins de viande congelée et de légumes avec un peu de petits gâteaux pour Josué ! Personne n'était au courant de notre difficile situation et j'avoue que j'avais honte ! Josué en a pleuré de joie. Il lui a dit "merci notre frigo était tellement vide ces derniers jours alors que maman travaille et on a rien !" 
Et là, la soeur émue est repartie aussitôt et je l'ai remercié les larmes aux yeux en disant tout haut : "vous voyez, Dieu pourvoit". Merci Seigneur, tu as pourvu en ton temps ! Et non pas en mon temps à moi ! On va pouvoir manger ! Vraiment super ! Voilà les nouvelles du soir" Vivi (C'était le 10 avril de cette année.)

Cette chrétienne a expérimenté ce que j'ai moi-même expérimenté plus d'une fois. Oui, Dieu est bel et bien vivant, et lorsque nous plaçons notre confiance en lui, Dieu ne nous fait jamais défaut.

Merci au Seigneur de bénir cette chrétienne et merci pour ce don pour l'association. 

William CONDUCTIER

 

 Attestation d'inscription

Aujourd'hui j'ai eu la joie de découvrir dans la boîte aux lettres ce courrier tant attendu : L'attestation définitive d'enregistrement au registre des associations du Tribunal d'Instance de Colmar (Consulter le document).

C'est donc une nouvelle étape, et pas des moindres puisqu'elle nous donne à présent une légitimité légale !

Je me réjouis aussi d'apprendre quotidiennement que de plus en plus de chrétiens prient pour l'association, pour nous, pour moi. A présent, tout dépend de Celui qui exauce, et j'ose croire qu'il nous réserve bien des surprises, et ce, malgré les luttes et les combats qui nous attendent.

William CONDUCTIER

 

4/4/13

 De l'argent dans la boite aux lettres

Tout à l'heure j'ai trouvé une enveloppe dans ma boîte aux lettres. Il y avait un billet de 50 € ainsi qu'un marque-page sur lequel était inscrit un verset biblique qui dit : "Tout tendu en avant, je m'élance vers le but" (Philippiens 3:14)

Au dos du marque-page un petit mot écrit à la main et qui dit la chose suivante :

"Par la foi, Dieu pourvoit. Un petit début pour ce mois".

Alors je me suis posé la question si ce don était pour moi ou pour l'association, car il faut savoir que je ne suis pas salarié de l'association et ne veux pas l'être d'ailleurs. Je compte donc sur Dieu pour pourvoir à mes besoins, même si pour l'instant ce n'est pas difficile vu que je perçois encore des allocations chômage, mais à compter du mois de mai je n'aurai plus aucun revenus. J'ai donc prié depuis quelques mois pour savoir si Dieu m'appelait à vivre ainsi, en ne comptant que sur lui et lui seul pour mes besoins. C'est alors que j'ai commencé à recevoir des dons à mon intention avec la précision : "Ce n'est pas pour l'association, mais pour toi". J'ai donc mis cet argent de côté en prévision du mois de mai.

J'ai réfléchi concernant cette enveloppe et vu que sur celle-ci était marqué mon nom et vu que sur le mot il est fait mention de début de mois (puisque c'est le dernier mois où je perçois de l'allocation) j'en ai déduis que la personne en question est au courant de ma décision de « vivre par la foi ». Si sur l'enveloppe est écrit "Association L'AMANDIER", alors les dons iront sur le compte de l'association, mais si l'enveloppe porte mon nom, j'en déduis que le don m'est destiné personnellement pour mes besoins.

Je tiens à préciser que ce n'est pas la première fois que je fais ce genre d'expérience. Au début de ma vie chrétienne, et durant plusieurs années qui ont suivi, je recevais déjà souvent des enveloppes anonymes dans ma boite aux lettres accompagnés de versets bibliques, et sans jamais faire part de mes besoins spécifiques à qui que ce soit, sinon à Dieu. A tel point qu'une amie m'a dit que j'avais une boite aux lettres "magiques"... Il n'y a rien de magique, mais c'est Dieu qui met à coeur de donner. Ainsi, je ne compte plus le nombre d'enveloppes que j'ai reçu à cette époque. Une fois on m'a même remis 5000 Francs (de l'époque) en main propre, et cela tombait à point. D'autres fois c'était des aliments, ou des objets divers dont j'avais besoin ou envie (un synthétiseur par exemple).

Alors merci au Seigneur de m'encourager de la sorte, et béni soit le donateur (ou donatrice).

Je suis heureux de pouvoir partager ce genre de témoignages qui glorifient Dieu.

William CONDUCTIER

 

22/3/13

 Ouverture d'un compte bancaire pour l'association

Ayant reçu le courrier du Tribunal d'Instance nous informant qu'il fallait envoyer un chèque au journal officiel, cela sous-entend qu'il n'y a aucun problème avec notre dossier de création d'association. Ainsi, cet après-midi, mon épouse et moi, accompagnés de Geneviève (notre trésorière), nous avons ouvert un compte bancaire au nom de l'association.

A présent nous attendons le numéro d'enregistrement au registre des associations. Je pense qu'il nous faudra encore patienter une dizaine de jours.

William CONDUCTIER

 

21/3/13

 Courrier du tribunal d'instance

Aujourd'hui j'ai reçu un courrier du Tribunal d'Instance de Colmar m'enjoignant d'envoyer un chèque au journal qui publiera l'article obligatoire de création de l'association. Je vais m'en occuper dès demain. Ceci fait, cela devrait prendre encore une quinzaine de jours avant que nous recevions le numéro d'enregistrement définitif au registre des associations.

La patience est donc de mise. Doucement mais certainement, les choses avancent.

William CONDUCTIER

 

13/3/13

 Patience

Tout doucement, mais certainement, nous avançons. Lorsque l'on veut oeuvrer pour le Seigneur, il faut s'armer de patience. Toutefois, nous gardons confiance, car Dieu veille et en SON temps, son oeuvre grandira.

La prochaine étape que nous attendons, c'est l'enregistrement de l'association au journal officiel, ce qui donnera une légitimité reconnue de L'AMANDIER.

Quoiqu'il en soit, qui dit patience ne dit pas passivité. Je continue ce que j'ai commencé, c'est-à-dire les visites auprès des personnes âgées, sans oublier les divers services que je peux leur rendre.

Cet après-midi nous avons notre réunion "Autour de la Bible" à la résidence St Gille de Colmar. Ce sont toujours des moments agréables et édifiants. Il y a toujours, au minimum, 12 personnes, mais le plus souvent elles sont entre 15 et 20. C'est dire que cette rencontre est attendue. Nous y parlons des histoires bibliques et méditons ensemble sur l'actualité du message biblique. 

Arrivé à un certain âge, je pense qu'on est plus réceptif aux choses de Dieu, notamment, l'espérance de la vie éternelle. Peut-on sérieusement croire que notre vie prend fin à la tombe ? Peut-on se résoudre à croire que notre vie n'a servi à rien, n'avait pas de sens ?

La réponse appartient à chacun.

William CONDUCTIER

 

5/3/13

 Compter uniquement sur Dieu

Notre principe étant de ne pas adresser d'appels de dons, nous avons le plaisir de constater que Dieu honore notre confiance. Depuis le début de cette aventure, m'inspirant de George MÜLLER, j'ai pu expérimenter que Dieu est capable d'envoyer des fonds sans que l'on demande d'argent à qui que ce soit, sinon à LUI seul. Parmi mes prières quotidiennes, je demande au Seigneur de continuer d'alimenter le compte de l'association, et il le fait. Lorsque j'ai commencé cette aventure, j'étais seul. C'est au moment où je commençais à douter, soit un an après avoir lu le livre de George MÜLLER, qu'un premier don est arrivé : 300 €.

Depuis, d'autres montants ont alimenté le compte. Au total, c'est 1230 € que j'ai reçu pour l'association depuis le début de cette aventure. J'ai mis cet argent sur un vieux compte que je n'utilisais plus. A présent, j'attends les documents du Tribunal me communiquant le numéro définitif d'enregistrement au registre des associations afin que nous puissions ouvrir un compte pour l'association, ce qui devrait être fait avant la fin de ce mois de mars, et j'y transférerais tous les montants reçus pour l'association. Hier, j'ai reçu trois chèques de 25 € qui sont venus se rajouter au montant cité précédemment. Gloire à Dieu. Merci pour sa fidélité. C'est lui qui met à coeur de donner pour SON oeuvre.

Sans oublier que j'ai également reçu 220 € à mon intention, puisque je n'utilise pas les fonds de l'association à des fins personnels. En effet, n'ayant plus aucun revenus à compter du mois d'avril, je ne sais pas encore quel chemin le Seigneur a prévu pour moi. Je travaille à pleins temps pour l'association et je ne sais pas comment le Seigneur voit la suite des événements : Devrais-je devenir salarié de l'association ? En quel cas il faudra que l'association perçoive suffisamment de fonds (ce que je crois possible) ou alors dois-je vivre par la foi en croyant que Dieu me donnera chaque mois ce dont j'ai besoin pour mon foyer ? Je ne sais, mais dans les deux cas, il s'agit bien de vivre par la foi. La différence, c'est qu'en étant dissocié de l'association quant à mes revenus, les charges sociales ne pèseront pas sur l'association. Je préférerais donc ne pas être salarié de l'association. Et puis c'est tellement plus palpitant de voir Dieu pourvoir quotidiennement à mes besoins, ainsi qu'à ceux de mon épouse qui a le projet de me rejoindre d'ailleurs, mais on ne sait pas encore à quel moment.

Alors oui, Dieu est vivant et il pourvoit, quand on lui fait confiance et que nous marchons dans ses voies.

William CONDUCTIER 


 


• Commentaires : Cliquez ici pour laisser un commentaire

 
Aucun commentaire n'a été laissé sur cet article. Soyez le premier à laisser un commentaire !
 






Association L'AMANDIER - 4, rue des lavandières - 68000 COLMAR - Tél : 06 09 41 44 34

Association à but non lucratif affiliée au droit local (Bas-Rhin, Haut-Rhin et Moselle).
Inscription au registre des associations du  Tribunal de Colmar, le 28 mars 2013 : Volume : 28 Folio n° 29
Parution obligatoire sous le numéro 1089823 dans le journal "L'ami du peuple" le 14 avril 2013
Numéro de SIREN : 792 295 149
Numéro de SIRET : 792 295 149 00019
Code APE : 9499Z