Dieu a dit : "Tu te lèveras devant ceux qui ont des cheveux blancs, tu honoreras la personne du vieillard, c'est ainsi que tu respecteras ton Dieu. Je suis l'Éternel." (Lévitique 19:32) ------- "Je resterai le même jusqu'à votre vieillesse et je vous soutiendrai jusqu'à vos cheveux blancs. C'est moi qui vous ai soutenus, et je vous porterai, oui, je vous soutiendrai et vous délivrerai." (Esaïe 46:4) ------- "L'Éternel m'adressa encore la parole en ces termes : Que vois-tu, Jérémie ? Je répondis : Je vois une branche d'amandier. Tu as bien vu, me dit l'Éternel. Eh bien, je veille sur ma parole pour accomplir ce que j’ai dit." (Jérémie 1:11-12)

Le désert = Foi éprouvée. 2

1 - 2 - 3 - 4 - 5

Où se trouve donc Agar au moment où l’Ange de l’Eternel va aller à sa rencontre ? Elle est près d’une source !

Quelle est la leçon pour nous ? Lorsque nous somme dans le désert, souffrant d’une situation difficile, avons-nous le réflexe de nous désaltérer à la source de la Parole de Dieu ? Même si nous n’en sommes pas conscients, c’est pourtant la meilleure chose à faire : Boire de l’eau vive. Quelquefois nous la recherchons cette eau vive, sans même en être conscient. Ce fut le cas de la Samaritaine à qui Jésus s’est révélée lorsque cette dernière était près du puits. Cette samaritaine avait eu une vie dissolue qui, sans doute, avait pour cause de nombreuses souffrances qui n’avaient cependant pas disparues. Au final, pour en revenir à Agar, l’Ange de l’Eternel lui dit de retourner chez sa maîtresse et de s’humilier sous sa main. Pourquoi ? Parce que le Seigneur avait un plan malgré tout. Il lui fait aussi une belle promesse concernant l’enfant qu’elle porte. Il deviendra grand.


Agar obéit. Ismaël naît (Ismaël signifie : Dieu entend). Agar a appris dans le désert que Dieu entend. Se souviendra-t-elle de cela ? Voici que les années passent et le temps est venu, dans le plan de Dieu, qu’elle soit chassée. Il y a des risques importants au sein de ce foyer familial, vu qu’il s’agit d’une famille ou deux enfants issus de deux femmes (dont une est esclave) pourraient plus tard se disputer la légitimité de l’héritage d’Abraham.

Pourtant, la providence divine est à l’œuvre. Voici qu’Agar et son fils sont chassés de la cellule familiale et vont se perdre dans le désert. La première fois où Agar s’est retrouvée dans le désert, c’est elle qui avait fui. A présent, elle est chassée. Dieu va-t-il à nouveau l'entendre ? Agar est désespérée. Elle place son fils sous un arbrisseau, s’éloigne à une certaine distance, et pleure. Mais voici que l’Ange de l’Eternel l’appelle : « Qu’as-tu, Agar ? Ne crains point, car Dieu a entendu la voix de l’enfant dans le lieu où il est. Lève-toi, prends l’enfant, saisis-le de ta main ; car je ferai de lui une grande nation. »

Une parole d’espoir jaillit dans le désert. Notons tout de même que ce coup-ci, Agar ne semble pas avoir cherché une source. Il y avait pourtant de l’eau, mais elle ne voyait pas de moyen d’étancher sa soif. Sa situation désespérante, injuste à ses yeux, l’avait mené au désespoir. N’en est-il pas de même pour nous quelquefois ? Notre souffrance ne nous fait-elle pas oublier d’aller boire à la source ? Ou tout du moins de la rechercher ? Agar a-t-elle oublié sa rencontre d’autrefois ? N’a-t-elle pas retenu la leçon de sa précédente rencontre avec l’Ange de l’Eternel tandis qu’elle buvait à la source ? De même, n’oublions-nous pas que le Seigneur s’est révélé à nous lorsque nous nous sommes trouvés en difficulté ? Nous nous étions dirigés vers la source pour boire, et le Seigneur s’était révélé à nous. Cependant, le Seigneur, LUI, n’oublie pas, et il sait nous le rappeler. Cela est flagrant lorsque nous lisons : « Et Dieu lui ouvrit les yeux, et elle vit un puits d’eau ; elle alla remplir d’eau l’outre, et donna à boire à l’enfant. » (Genèse 21 :19)

Dans sa grâce, Dieu ne nous abandonne pas. « Tiens, je t’ouvre les yeux. Dirige-toi vers le puits que je te montre, pour te désaltérer ». Allons à la seule source d’eau vive qu’est la Parole de Dieu. Le Seigneur, une fois de plus, a entendu. Il a vu les pleurs et entendu « la voix de l’enfant ». Pleurait-il ? Priait-il ? N’avait-il pas quelquefois vu son père Abraham prier ? Il me semble cohérent qu’Ismaël ait prié. Lire et prier ! Prier est aussi une autre manière de boire puisque par la prière nous entrons en relation avec la source d’eau vive. Tels sont, selon moi, quelques-unes des leçons à retenir ici.

1 - 2 - 3 - 4 - 5

       







Association L'AMANDIER - 4, rue des lavandières - 68000 COLMAR - Tél : 06 09 41 44 34

Association à but non lucratif affiliée au droit local (Bas-Rhin, Haut-Rhin et Moselle).
Inscription au registre des associations du  Tribunal de Colmar, le 28 mars 2013 : Volume : 28 Folio n° 29
Parution obligatoire sous le numéro 1089823 dans le journal "L'ami du peuple" le 14 avril 2013
Numéro de SIREN : 792 295 149
Numéro de SIRET : 792 295 149 00019
Code APE : 9499Z