Dieu a dit : "Tu te lèveras devant ceux qui ont des cheveux blancs, tu honoreras la personne du vieillard, c'est ainsi que tu respecteras ton Dieu. Je suis l'Éternel." (Lévitique 19:32) ------- "Je resterai le même jusqu'à votre vieillesse et je vous soutiendrai jusqu'à vos cheveux blancs. C'est moi qui vous ai soutenus, et je vous porterai, oui, je vous soutiendrai et vous délivrerai." (Esaïe 46:4) ------- "L'Éternel m'adressa encore la parole en ces termes : Que vois-tu, Jérémie ? Je répondis : Je vois une branche d'amandier. Tu as bien vu, me dit l'Éternel. Eh bien, je veille sur ma parole pour accomplir ce que j’ai dit." (Jérémie 1:11-12)

Prier sans se relâcher. 3

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7
 
  • La veuve. Pourquoi Jésus a-t-il choisi une veuve pour enseigner à ses disciples la prière persévérante ? Jésus savait très bien comment attirer l’attention de ses auditeurs, et par conséquent, pour ses contemporains, la veuve représentait l’opposé d’une autorité qui pouvait avoir du poids. Ce n’est pas pour rien que Dieu nous demande de visiter les veuves et les orphelins ! Eux, parmi les délaissés de la société. Ce sont généralement des personnes en grande souffrance, souvent livrées à elles-mêmes sans personne pour les défendre. Ainsi, Jésus accentue vraiment sur les contrastes. Une veuve ! Une personne sans grand soutien, opposée à un adversaire qui a du poids (puisque cela fait longtemps que la situation perdure) et qui est un juge injuste.

    Voici donc une situation problématique, apparemment sans solution. Il ne nous est pas dit depuis combien de temps elle était veuve ni le nombre d’années de mariage que cette pauvre femme en souffrance avait pu vivre autrefois. Quoiqu’il en soit, cela devait faire bien longtemps qu’elle était veuve puisqu’il est dit du juge que « pendant longtemps il refusa ». Elle ne demandait finalement rien d’autre que la justice. Avait-elle des enfants à élever ? Le texte ne nous dit rien à ce propos. Toutefois, la situation qu’elle vivait était manifestement suffisamment inconfortable pour qu’elle, excusez-moi l’expression, « ne lâche pas le morceau ». Ce qui apparait en relief dans ce texte, c’est que c’était un « sacré bout de femme »  comme disent les hommes qui sont admiratifs devant les exploits de ce que certains surnomment « le sexe faible » ! Quelle persévérance ! Il y a de ces femmes qui, à nous, les hommes, nous donnent des leçons de courage et qui nous impressionnent !

    J’ai pu observer que les femmes, en général, sont persévérantes ! A l’image de ces mères de familles qui se battent au quotidien contre les obligations nombreuses auxquelles elles doivent faire face. Beaucoup assument des tâches et responsabilités dont, nous, les hommes, ne sommes pas toujours conscients. Certaines d’entre elles, non seulement doivent gérer les « tâches quotidiennes  ménagères » (dont le nettoyage et la préparation du repas prennent beaucoup de temps. Pensons-nous, nous, les hommes, à "mettre la main à la patte" dans les tâches ménagères ???...), s’occuper des enfants, les éduquer, les vêtir, subvenir à leurs divers besoins (et ils sont nombreux), sans oublier le rôle de confidente qu’elles exercent pour leur progéniture. Et puis il y a aussi l’époux qui n’hésite pas à faire valoir qu’il « travaille » LUI. Bien qu’aujourd’hui, parmi les femmes, nombreuses sont celles qui exercent aussi une activité professionnelle. Mais ne nous leurrons pas ! Cette activité n’amoindrit pas ce qu’elles faisaient déjà avant !

    Bref, tout ça pour mettre en relief les compétences et la force morale de ces merveilleuses créatures créées, à l’origine, pour nous « aider » ! N’avons-nous pas, quelque peu, nous les hommes, le sentiment d’avoir fait de nos « aides », des créatures qui finissent par ployer sous des fardeaux de diverses tâches que nous ne voulons pas toucher du bout du doigt ? Quoiqu’il en soit, revenons-en à notre pauvre veuve ! Qu’elle soit seule ou avec des enfants, sa situation n’était guère enviable. Si, aujourd’hui, avec notre système social, des veuves ont du mal à joindre les deux bouts, il n’est pas difficile de nous faire une petite idée de ce que cette femme devait subir à son époque. Attardons-nous à présent à la « partie adverse ». 

    1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7




 



Créer un site
Créer un site